Documentation

Enquêtes et statistiques
Durant la période 2006-2012, l’ANLCA a supervisé de nombreuses études et enquêtes, listées ci-dessous:
Textes de références
La Constitution du Royaume, adoptée en 2011, replace l’accès à l’éducation, de façon générale au sein des droits fondamentaux dont doit jouir tout citoyen marocain
« L’Etat, les établissements publics et les collectivités territoriales œuvrent à la mobilisation de tous les moyens à disposition pour faciliter l’égal accès des citoyennes et des citoyens aux conditions leur permettant de jouir des droits :
  • (…)
  • à une éducation moderne, accessible et de qualité,
  • à l’éducation sur l’attachement à l’identité marocaine et aux constantes nationales immuables
  • (…) »
Constitution du Maroc, 2011 Titre II (Libertés et droits fondamentaux), Article 31
« …. L’éradication de l’analphabétisme ne doit pas, par conséquent, être l’œuvre de la seule action dont le gouvernement assume la responsabilité, mais requiert une mobilisation générale. Ce qui importe en premier lieu dans cette mobilisation est la sensibilisation à entreprendre sur l’importance du rôle du citoyen dans le développement. Si ce dernier s’affranchit de l’analphabétisme, il constituera un riche capital et un réel investissement pour sa patrie. Il sera un élément agissant dans l’œuvre de développement et dans la compétitivité économique et se présentera comme un citoyen imbu de la plénitude de la citoyenneté, dans le cadre d’une société moderne et démocratique.”
Message de S.M. le Roi Mohammed VI A l’occasion du lancement de Massirat Ennour le 13 Octobre 2003.
« … A cette occasion, Nous saluons les résultats inédits des programmes nationaux d’encadrement dans le domaine de la lutte contre l’analphabétisme, notamment ceux que Nous avons initiés dans les mosquées depuis 2004.”
Extrait du Discours de S.M. le Roi Mohammed VI A l’occasion de la fête du Trône du 30 juillet 2013
« La lutte contre l’analphabétisme est considérée comme une obligation sociale de l’Etat et constitue un facteur déterminant de mise à niveau du tissu économique, par le rehaussement de la compétence des ressources humaines, afin d’accompagner le développement des unités de production (…).
Les programmes d’alphabétisation visent, dans le cadre d’une stratégie fonctionnelle, à permettre aux bénéficiaires d’atteindre des objectifs pédagogiques et cognitifs qui les amènent à mieux maîtriser leur travail ; ils les préparent également à s’insérer dans des programmes de formation continue, dans le but de rehausser le niveau de leurs compétences et habiletés professionnelles et, de ce fait, améliorer leur productivité et leur rendement et bénéficier des retombées positives sur leur vie personnelle, leurs relations sociales, l’éducation de leurs enfants et la gestion de leur vie active. »
Charte nationale d’éducation et de formation, levier 2
Cette vision stratégique a mis l’accent sur l’importance de l’alphabétisation des adultes et des jeunes en recommandant la mise en œuvre de plusieurs actions à moyen terme (6 années) et à long terme à l’horizon de 2030, dont notamment :
  • La mise en place des mécanismes de coordination et des passerelles entre les programmes d’alphabétisation, les différents programmes de développement humain et les programmes de formation et de qualification ;
  • La création d’un système de certification et des filières d’intégration entre les programmes de l’éducation non formelle et les programmes d’alphabétisation, notamment pour les jeunes ;
  • Permettre aux jeunes en décrochage scolaire et en situation de non scolarisation d’être alphabétisés à moyen terme dans un cadre adapté à leurs besoins ;
  • Donner la possibilité à toute personne, en situation d’analphabétisme, de néo-alphabétisme et d’alphabétisé, de s’épanouir dans sa vie personnelle, de mieux appréhender la vie publique et d’y participer activement ;
  • Etablissement d’un système efficace et intégré de suivi et d’évaluation des programmes de lutte contre l’analphabétisme.